Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ca bouge à Charleroi et dans l'entité ! - Page 4

  • MARCINELLE- Bois du Cazier- 66 ans après le drame, l'émotion est toujours aussi vive

    catastrophe7.jpg

    Ce lundi 8 août, un hommage était rendu sur le site du Cazier aux 262 mineurs décédés lors de la catastrophe de 1956. De nombreuses personnalités, familles de victimes et délégations belges et étrangères d'anciens mineurs prenaient part aux commémorations.

     

    catastrophe 19.jpg

    catastrophe8.jpg

    catastrophe12.jpg

    catastrophe13.jpg

    catastrophe5.jpg

    Vers 7h30, une camionnette arrive sur le parking du Bois du Cazier. A son bord, d'anciens mineurs de Heusden-Zolder, Eisden, Beringen, Waterschei et Winterslag. « J'ai travaillé à la mine de Heusden-Zolder jusqu'à sa fermeture » signalait Léon Thys. « Mes collègues et moi sommes venus pour rendre hommage aux mineurs décédés en 1956. Comme en Wallonie, la Flandre a aussi connu aussi des tragédies : il est important d'être solidaires ».

    catastrophe1.jpg

    catastrophe2.jpg

    Léon Thys 

    5 minutes plus tard, des Français de Liévin les rejoignaient. « Le 27 décembre 1974, 90 mineurs ont pris leur poste, mais quelques jours plus tard, 42 d'entre eux ne reverront jamais le jour » déclarait un habitant du Pas-de-Calais.

    catastrophe4.jpg

    Des Français de Liévin 

    Ce lundi, sur le site du Cazier, la cloche Maria Mater Orphanorum était frappée 262 fois à 8h10' précises.

    Le nombre de tintements correspondait au nombre de victimes, dont le nom était cité pour la dernière fois par Marie-Antoinette Giglioti.

    A l'appel de Jean-Louis Delaet, directeur du Bois du Cazier, le public était invité, ensuite, à aller s'asseoir pour écouter les textes et les discours officiels. Pier Forlano, consul général d'Italie à Charleroi, Alicia Monard, échevine des Associations patriotiques, Mahmut Dogru, échevin de l'Etat Civil et des Cimetières, Caroline Taquin, bourgmestre de Courcelles, Adrien Dolimont, ministre wallon du Budget et des Finances, Philippe Van Cauwenberghe, président du CPAS de Charleroi, Steven Vermeulen, échevin de la commune de Begijnendijk,... avaient pris place dans l'assistance.

    Artem, mort en Ukraine, et les mineurs : des héros

    Parmi les témoins de 1956, présents lors des commémorations, citons encore Urbano Ciacci, entouré pour l'occasion par des jeunes du projet « Belgio chiama... Italia ! ». Ce travailleur au Bois du Cazier a miraculeusement évité l'accident, étant parti se marier dans son pays natal à ce moment-là.

    catastrophe10.jpg

    catastrophe11.jpg

    Urbano Ciacci , dernier survivant 

    Ou encore Loris Piccolo, orpheline de la catastrophe. « Je pense qu'en ce moment toutes les familles se souviennent de la tristesse, du désarroi de l'horreur et de l'inquiétude que l'on pouvait lire sur tous ces visages qui s'étaient amassés derrière les grilles fermées » soulignait-elle.

    catastrophe14.jpg

    Loris Piccolo à gauche de l'échevine Alicia Monard 

    Un hommage pluriconvictionnel était également rendu par Daniel Procureur, doyen de Charleroi, le père Nikolaos pour le culte orthodoxe grec, Emmanuel Coulon pour l'Eglise protestante et Mohamed Rharib pour l'Exécutif des Musulmans.

    A leurs côtés se trouvait Mychajlo Dymid, prêtre catholique ukrainien de rite byzantin, installé à Charleroi, père de Artem (27ans), tué le 18 juin dernier par un tir d’artillerie russe dans la région de Donetsk, entre les villes de Mikholaiv et Kherson. « La catastrophe du Cazier est une tragédie. La guerre menée actuellement en Ukraine en est une autre » a-t-il déclaré. « Mon fils est mort pour pour la liberté de l'Ukraine et de l’Europe. Parce que Artem vivait pour son prochain, il n'a pas hésité à combattre et à regarder la mort dans les yeux. En cela, je le considère comme un héros. Les mineurs en ont été d'autres. Il est important de saluer leur mémoire ».

    catastrophe6.jpg

    Michel Dymid, père d'Artem et Daniel Procureur 

    catastrophe9.jpg

    La cérémonie au Cazier se poursuivait pas des dépôts de gerbes. La veille était inaugurée l'expo « Verso un 'umanizzazione responsabile del lavoro », rassemblant des oeuvres de 28 artistes italiens.

    JEAN-CLAUDE HERIN

  • FLEURUS- Roots days à Festiv'été !

    roots1.jpg

    3 soirées étaient consacrées à la roots music avec du boogie, du blues, de la soul, du funk, du blues rock et du swing. Le bonheur complet !

    roots4.jpg

    roots2.jpg

                                                                  The Ozdemirs

    Les Roots Days sont la nouvelle version de la Nuit du Blues, dans le cadre de Festiv'été. Les artistes présents sur scène ont mis le feu sur la place Albert 1er et à la bibliothèque « La Bonne Source ».

    Le festival commençait, jeudi soir, avec Boogie Beasts, dans une ambiance sépulcrale.

    Vendredi, l'affiche était tout aussi attractive avec The Ozdemirs, deux frères passionnés par le blues, Turbo Niglo, un duo imbibé de jazz manouche, de sonorités électro et de bouffées rock, et Nine Below Zero, derniers représentants du British Blues rock né dans les années 70.

    Samedi, c'était au tour de Hideaway, l'un des plus anciens groupes de blues belge en activité, de Baï Kamara Junior plongé dans ses racines africaines, de Turbo Niglo, et de Bernard Allison, un musicien qui a commencé sa carrière de guitariste aux côtés de Koko Taylor et qui revient en Europe afin de présenter son nouvel album : « Hights and Low », de chauffer le public !

    roots5.jpg

         Turbo Niglo

    roots6.jpg

    Du 11 au 13 août, se déroulera le 4ème et dernier week-end du Live 4 Vibes : «  Urban Style » avec, jeudi, des Djs pour une soirée électro, vendredi : El Sonido seductor del hombre lobo's playlist, Ice Sealed Eyes et Komah, samedi : Hip Hop DJ set, Soviet Bloem X Yami Corporation Artists et Safari. A noter que tous les concerts et animations de Festiv'été sont gratuits et qu'il y a moyen de se restaurer sur place.

    J.C.HERIN