Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ca bouge à Charleroi et dans l'entité !

  • MARCHIENNE-AU-PONT: Scène punk au Rockerill !

    festival2.jpg

    Pink Room 

    Après une longue période de fermeture à cause de la pandémie, le Rockerill se met à nouveau à l'heure des festivals !

    Ca chauffait, samedi soir, au Rockerill, lors du grand retour du Rockerill Festival « From Punk Garage to Acid Techno », pour le plus grand bonheur de Michaël Sacchi, directeur du Rockerill et toute son équipe, ainsi que pour les 500 personnes rassemblées dans les salles, qui retrouvaient ainsi un goût de liberté...

    festival3.jpg

    Pour cette édition, le Rockerill accueillait des groupes emblématiques de la scène punk belge The Kids et la Muerte, mais aussi la nouvelle génération avec Warm Exit, Pink Room, Duflan Duflan et Keeper Volant. Nouveaux noms : Youff, Forsissies ( 466), Electronisch Volume Electronique, Cercle Futur, Elzo vs Lovepills, Duke vs Fil Plastic et the Johnn'ys Gang !

    Attention : en conformité avec les nouvelles normes sanitaires, le prochain concert se déroulera en présentant le Covid Safe Ticket à l'accueil!

    J.C.HERIN

    festival4.jpg

    festival5.jpg

    Un public enthousiaste !

  • JAMIOULX- Une belle journée pour la cueillette de champignons

    champignon1.jpg

    La Société Royale des Naturalistes de Charleroi mettait sur pied une exposition sur le champignon, ainsi qu'une balade et des cueillettes.

    Les conditions étaient réunies, dimanche, pour une bonne récolte de champignons. «  Il a bien plu, ces dernières semaines... C'est excellent pour la poussée fongique » faisait remarquer Annette Colot, présidente des Naturalistes de Charleroi, dont le siège social est à Jamioulx. Quatre balades (2km environ) étaient organisées, à travers la réserve naturelle, les alentours de la prison et dans le bois de Marbais.

    champignon2.jpg

    Avec le naturaliste David Dumont 

    Parmi les champignons les plus courants : les bolets, les russules, les tricholomes, les lépiotes,.. Notons que le beau temps était de la partie, ce qui gonflait le moral des participants. Le public était invité à apporter des champignons dans les limites d'une cueillette raisonnable, dans le but de leur identification. Une exposition à l'espace Jean Hainaut (ancienne gare de Jamioulx) permettait d'en savoir plus sur les lichens ainsi que sur les champignons comestibles ou pas. « Dans la famille des amanites, nous possédons l'amanite rubescens (rougissante). La chair, blanche, rosit puis prend une teinte vineuse à la coupe et aux fissures naturelles du vieillissement. Il est très bon à manger, contrairement à l'amanite phalloïde ou tue-mouches aux couleurs pourtant attrayantes » signalait David Dumont, naturaliste.

    champignon3.jpg

    L'ammanite rubescens est comestible 

    La journée avait aussi pour but de sensibiliser le public à la préservation de la nature, et de faire connaître les activités du Cercle. Coordonnées de l'asbl Naturalistes de Charleroi : 0474/22 64 25.

    J.C.HERIN

  • CHARLEROI- Poche Théâtre: "Luigina" ou l'histoire d'un déracinement

    luigina.jpg

    Antonella Meco 

    Fille d'émigrés italiens, Antonella Meco, comédienne d'Aiseau Presles, revient sur l'histoire minière, dans un seule-en-scène drôle et touchant.

    Débarqués en Belgique dans les années 50, des milliers d'hommes et de femmes vont travailler à la sueur de leur front, dans une noirceur qui ronge l'âme et les poumons. Luigina en fait partie. Cette « expatriée » est interprétée par la comédienne Antonella Meco, née en 1962 et habitante d'Aiseau-Presles. Après qu'elle ait été conquise par le style et l'humour de Jean-Marc Catella dans le sketch « L’italien », Antonella a sollicité l'acteur et auteur franco-italien pour qu'il lui écrive un spectacle. « Luigina, c'est un peu moi, un peu ma mère, un peu toutes les Italiennes immigrées » confie Antonella Meco. Luigina raconte son village, sa famille, son voyage et son arrivée à Charleroi, le 10 août 1956, deux jours après la terrible catastrophe du Bois du Cazier. Une fois en Belgique, cette dernière sera en butte aux préjugés à l'égard des Italiens, au regard de l'autre et à la nostalgie. « Le spectacle n'est pas larmoyant, car la narratrice a un caractère bien trempé. Luigina est une vieille dame pleine d'entrain et d'humour (parfois caustique) qui manie le second degré et parle de son odyssée. S'il lui arrive de lâcher un mot un peu trop gros, toujours elle s'en excuse » souligne Julien Mutombo, metteur en scène. « Luigina, c'est surtout l'histoire d'une femme, d'une migration, d'une solitude, d'un déracinement, l'espérance d'une vie meilleure en rejoignant un mari qu'elle ne connaît pas » poursuit Antonella. Tantôt drôle, tantôt percutante, voir un brin surréaliste, cette pièce délivre le message que la reconstruction de sa vie et de son identité est toujours possible, même ailleurs. La morale ou le fin mot de l'histoire ?

    luigina3.jpg

    Luigina dira sûrement que c'est l'espoir : cette capacité à ne se charger que du meilleur de son vécu pour continuer d'avancer... toujours... jusqu'à ce qu'enfin le coeur crie « Terre ! ». 

    luigina2.jpg

    « Luigina » est à voir le 16 octobre à 20h, au Poche Théâtre, rue du Fort à Charleroi. Sur place : 17 euros. Moins de 12 ans : 12 euros. info@lepoche.be 0493/766 755.